Riane Brownlee portait un faux badge du FBI et portait une arme à feu sur un site de rencontre pour impressionner les hommes. Jeudi, elle a été condamnée à trois mois de prison. Jeudi, Bell a condamné la femme de 39 ans de Monroe à 37 mois pour usurpation d'identité d'un agent du FBI et possession illégale d'une arme à feu.

Riane Brownlee portait un faux badge du FBI et portait une arme volée pour impressionner les hommes.

Le juge de district américain Ken Bell ne l’était pas.

Jeudi, Bell a condamné la femme de Monroe, âgée de 39 ans, à trois ans derrière les barreaux pour avoir usurpé l’identité d’un agent du FBI sur des sites de rencontres en ligne – et pendant au moins une date réelle – ainsi que la possession d’une arme à feu par un criminel reconnu coupable.

Cliquez pour redimensionner

Brownlee avait un long casier judiciaire lors de son audience de détermination de la peine à Charlotte, avec de multiples condamnations pour vol d’identité ainsi que d’autres crimes, selon les documents de son cas.

« Son dossier dresse le portrait d’une personne qui ne sera pas empêchée de voler l’identité des gens et d’utiliser des mensonges pour obtenir ce qu’elle veut », a écrit le procureur adjoint américain Steven Kaufmann dans un dépôt.

Ce que Brownlee voulait en février 2019, c’était une date. Les selfies qu’elle a postés sur les sites de rencontres et inclus dans son dossier judiciaire la montrent dans une variété de tenues.

Ses accessoires sont cependant restés les mêmes: un faux badge et une pièce d’identité du FBI sous le nom de son pseudonyme, « Alexandria Mancini. »Pour compléter le look, Brownlee avait ce que les procureurs disent être une arme de poing volée coincée dans la poche de son pantalon avant. Qui pourrait résister ?

le Fév. 23, 2019, selon des documents, Brownlee a dit à un homme qu’elle avait rencontré pour un rendez-vous qu’elle était un agent spécial du FBI menant une opération antidrogue.

Lorsqu’elle a été arrêtée le même jour, Brownlee a dit au même gars qu’elle avait gardé son identité secrète des forces de l’ordre parce qu’elle travaillait sous couverture, selon des documents.

Les procureurs disent qu’elle conduisait une voiture volée au moment des faits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

lg